Internet Actuel - Document didactique

 

 

Titre            La faim gagne encore du terrain

Niveau        AR 25.8

Date           10.11.2006

Thème        Société

 

 

-    intolérable, intolérable: qu'on ne peut pas tolérer, pas admettre – "Faire de telles fautes, à ton niveau, est vraiment intolérable!"

-    abondant, abondante: en grande quantité – "Jacqueline n'arrêtait pas de pleurer. Elle versait des larmes abondantes."

-    rural, rurale: qui concerne la campagne – "Elsa habite une maison à la campagne, une maison rurale."

-    un revenu: un salaire – "Micha ne gagne pas beaucoup. Il a juste un petit revenu."

-    affamé, affamée: qui souffre de la faim – "Comme Lucie n'avait plus rien mangé depuis quatre jours, elle était complètement affamée."

 

 

Les mots en italique sont à comprendre par le contexte ou un mot connu.

 

La faim gagne encore du terrain

 

 

"Le nombre de personnes qui souffrent de la faim dans le monde est loin de diminuer. Il augmente même d'environ 4 millions par an." C'est par cette alarme que Jacques Diouf, directeur général de la FAO, l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, a présenté son rapport annuel sur l'insécurité alimentaire. Triste bilan, lorsqu'on sait qu'il y a tout juste dix ans, l'objectif fixé après le sommet mondial de l'alimentation (SMA) était de réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde en 2015 pour le ramener à 412 millions, soit une baisse de 31 millions par an.

 

Jacques Diouf a rappelé que les chefs d'États des 185 pays alors présents à Rome, avaient tous déclaré que la sous-alimentation était 'inacceptable et intolérable'. Depuis, rien n'a changé. Ou plutôt si, puisque le monde est plus riche aujourd'hui qu'il y a dix ans. "Aucun progrès n'a été réellement accompli. Je suis profondément triste de constater que la situation est toujours 'intolérable et inacceptable'."

 

Le nombre de 820 millions de victimes de sous-alimentation dans les pays en développement représentent une réduction 'insignifiante' de 3 millions par rapport au chiffre de 823 millions pour la période 1990-1992; il est même plus élevé qu'en 1996. "Sauf si on renverse la tendance actuelle par des actions 'urgentes', la promesse de 1996 ne pourra être tenue", a souligné Jacques Diouf. Il a même ajouté "qu'au rythme actuel, l'engagement du sommet ne serait atteint qu'en 2150."

 

Le responsable de la FAO a encore précisé que "… la nourriture est plus abondante qu'il y a dix ans et qu'elle pourrait l'être davantage sans entraîner des pressions exceptionnelles sur les prix. Les connaissances pour réduire la faim ne manquent pas. Mais… les promesses ne nourrissent pas les gens!" Il a appelé les pays donateurs à augmenter leur aide pour la porter, comme ils s'y étaient engagés, à 0,7 % de leur PNB. Et il a aussi invité, de leur côté, les pays en développement à 'encourager davantage l'agriculture'. En effet, la plupart des 'pauvres' vivent dans des zones rurales. Le développement de l'agriculture joue donc un rôle principal: non seulement il permettrait de nourrir davantage de gens, mais en même temps il permettrait de créer des emplois et donc des revenus pour ces populations pauvres.

 

En Asie le nombre de personnes sous-alimentées a baissé grâce à l'aide de la Chine et du Vietnam. En Amérique du Sud, la progression est là, malgré les échecs en Amérique centrale (Venezuela, Guatemala, Panama). Mais l'Afrique centrale continue à être touchée par les guerres et le sida. Le nombre d'affamés y atteint 179 millions, soit le double de l'objectif fixé par le SMA. AU Congo, par exemple, la sous-alimentation est même devenue trois fois plus grande, touchant aujourd'hui 72 % de la population. Dans les pays qui regroupent l'Europe de l'Est et les Balkans, la FAO a estimé 25 millions de sous-alimentés. L'Arménie, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan sont les plus touchés.

 

Devant un tel constat, la FAO n'a pu rappeler qu'au redoublement des efforts, grâce à une action directe contre la faim, et au développement agricole et rural. Une grande et grave décision aussi qui demandera beaucoup de volonté politique.

 

 

Source:  Libération.fr

 

 

Questions

 

      1.    Qui est Jacques Diouf?

      2.    Dans son rapport sur l'insécurité alimentaire Jacques Diouf dresse un bilan peu encourageant. De quoi s'agit-il?

      3.    Quel objectif le sommet mondial de l'alimentation (SMA) s'était-il fixé en 1996?

      4.    Combien de pays avaient participé au sommet de Rome? Qu'avaient-ils déclaré alors?

      5.    Est-ce que le sommet de Rome a pu améliorer le problème de la sous-alimentation?

      6.    Au rythme actuel, en quelle année l'engagement du sommet de Rome sera-t-il atteint?

      7.    Le problème fondamental de la sous-alimentation dans le monde, est-ce un problème de quantité de nourriture? De prix?

      8.    D'après Jacques Diouf, que doivent faire les donateurs? Et les pays en développement, que devraient-ils faire, eux?

      9.    Pourtant, il y a des parties dans le monde où le problème de la sous-alimentation a changé, dans le bon sens. Où par exemple?

  10.    Dans quelles parties du monde la sous-alimentation continue-t-elle à poser des problèmes?

  11.    Quel appel, le responsable de la FAO lance-t-il à tous les pays concernés?

  12.    D'après Jacques Diouf, que faudra-t-il surtout pour enfin mettre fin au problème de la sous-alimentation?

 

 

Discussion

 

  13.    Comparez les chiffres de la sous-alimentation en 1990-1992, en 1996 et en 2006. Qu'est-ce que ces chiffres montrent?

  14.    "La sous-alimentation est 'inacceptable et intolérable' " Pourquoi? Expliquez.

  15.    "Sauf si on renverse la tendance actuelle par des actions 'urgentes'…" Quelles pourraient être ces 'actions urgentes'? Expliquez.

  16.    "La nourriture est plus abondante qu'il y a dix ans et elle pourrait l'être davantage sans entraîner des pressions exceptionnelles sur les prix. Les connaissances pour réduire la faim ne manquent pas…" Comment expliquer alors que le problème de la sous-alimentation ne trouve pas de solution durable?

  17.    "Et il a aussi invité, de leur côté, les pays en développement à 'encourager davantage l'agriculture'." Est-ce une demande réaliste? Pourquoi (pas)? Expliquez.

  18.    "Mais l'Afrique centrale continue à être touchée par les guerres et le sida." Comment expliquer que des guerres et des maladies (graves) puissent entraîner la sous-alimentation?

  19.    "La guerre et le sida", voilà, d'après le texte, deux causes importantes de la sous-alimentation. En connaissez-vous d'autres? Si oui, lesquelles? Expliquez.

  20.    Que pensez-vous d'une initiative comme "l'opération 11.11.11"? Êtes-vous d'accord pour soutenir cette organisation? Pourquoi (pas)? Si oui, comment?

  21.    Quel est le thème de l'opération 11.11.11 pour cette année? Expliquez ce choix.

 

 

Pour présenter oralement ou par écrit

(Votre professeur précisera la portée exacte de chaque tâche.)

 

  22.    Qu'est-ce que le PNB? À combien (%) s'élève le montant par personne et par an en France? Et dans votre pays? Cherchez sur Internet. Puis, présentez le résultat de vos recherches oralement ou par écrit.

  23.    Comment l'opération 11.11.11 est-elle née? Comment s'est-elle développée par la suite? Faites quelques recherches sur Internet. Puis, présentez le résultat de vos recherches oralement ou par écrit.